Jean Raspail – En canot sur les chemins d’eau du roi

« Apprenez, mon jeune ami, et retenez une fois pour toute, qu’il n’existe pas de Canadiens français. Il n’y a que des Canadiens, point à la ligne, et c’est nous ! Les autres, ce sont les Anglais, établis par la force chez nous dans un pays qui fonctionnait très bien sans eux depuis cent cinquante ans, un pays déjà exploré, reconnu, administré, dans lequel ils n’ont eu que la peine de s’installer. Ça n’en fait pas pour autant des Canadiens. »

Un grand roman d’aventure sur les traces des engagés du grand portage qui, au XVIIème et XVIIIème, dès la fonte des glaces, embarquaient de Ville-Marie (Montréal), avironnaient par les fleuves, lacs et rivières, portageaient à dos d’hommes marchandises et canots pour remonter les grands rapides, souffraient, martyrisés par les maringouins et les mouches noires et chassés par les Iroquois et les Algonquins.

« Combien ses rivières seraient moins suggestives, si les Français n’y étaient point passés les premiers, avec leur bravoure et leur esprit d’aventure… »Quelques mots écrits par John Finley en 1913 avant l’effacement des mémoires…

Ce périple est donc d’abord une bataille pour la mémoire. De Mai à Décembre 1949 Jean Raspail et 3 compagnons remontèrent le Saint Laurent, l’Outaouais, la rivière des Français, le lac Huron, le lac Michigan et embouquèrent le Wisconsin et le Mississipi par les 4 565 km des chemins d’eau du roi découverts par les Français au XVIIème siècle, en canot. Pas à pas, Jean Raspail découvre les chemins d’eau du XVIIème, des stèles, des tombes, des traces, des lieux.

« Quand les convictions tournent à vide parce qu’on est débordé de toutes parts et qu’on ne distingue plus aucun moyen de les voir un jour s’imposer, il faut alors les habiller d’attitudes tranchées. Cela est un jeu. »

Cet incroyable livre rédigé en 2005 sur les bases des notes prises en 1949 devrait reposer chez tout honnête homme désireux de se souvenir que nous ne sommes que des nains reposant sur les épaules de géants (G Bernanos).

  • LA première citation est de Camilien Houdé, conversation avec Jean Raspail
  • Outaouais : l’Ottawa
  • Mississipi : ancienne orthographe française

Albin Michel, 2005, 342 pages d’aventure humaine pour 20€

Lectori salutem, Pikkendorff

En canot de papier avec N. H. Bishop, de Québec au golfe du Mexique

N. H. Bishop, canot de papier, Tourasse, Hephell

https://diacritiques.blogspot.com/2021/12/en-canot-de-papier-avec-n-h-bishop-de.html

L’on lira aussi ce récit de voyage de Bishop qui fit le voyage en 1874-1875

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *