Guillaume de Thieulloy – Le chevalier de l’absolu

Posted by

« Pétulant disciple du calme Aquinate, quand Maritain aura appris de ce maître exquis à ne jamais plus penser brutalement, comme tout se tient dans nos pauvres machines, il n’arrivera plus jamais à cette délicate nature, que nous savons tous affectueuse et charmante, se sentir brutalement. »

Dans un ouvrage magistral réservé à l’amateur éclairé, l’auteur propose une étude de la pensée politique du philosophe Jacques Maritain, l’une des figures majeures de la vie intellectuelle de la fin du XIXème jusqu’au milieu du siècle suivant

« Au début du XXème siècle, il n’existait plus de clergé gallican ; il n’existait plus qu’un clergé romain en France, ce qui est tout différent. »

La vie intellectuelle et politique du XXème siècle d’une part et le thomisme et la scolastique d’autre part font partie d’un monde disparu. Il faudra l’intelligence du lecteur et l’intercession de Guillaume de Thieulloy pour en débrouiller les pièges et les astuces entre mystique et politique.

« Mais il ne faut pas perdre de vue, dans la Somme théologique, c’est de la méthode plus encore que du contenu qu’il est conseillé de s’inspirer. Et la méthode est tout à fait ouverte au débat. »

Vivant dans un relativisme quasi-total, vous prendrez plaisir à redécouvrir des notions claires et complexes, un moment où s’entrechoquent les idées : les racines du libéralisme, idéologie bourgeoise de gauche, les socialistes purs ou nationalistes, les marxistes, les proudhoniens, les légitimistes, les orléanistes, l’affaire Dreyfus, la crise de 26, la guerre de 14….Un monde si proche et si éloigné de notre postmodernité.

La citation en exergue est de Abbé Brémond en 1925.

Gallimard, 2005, 286 pages, 21€

Lectori salutem, Patrick

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *