Mémoires de Ponce Pilate – Anne Bernet

Posted by

« La paix romaine, les bienfaits de la civilisation ne justifiaient-t-ils pas tout ? Toi, Romain, tu es né pour soumettre les peuples et dicter tes lois à l’univers. Pourquoi commençai-je à douter de la mission de Rome? » page 179

Léger, simple et érudit, accessible à tous. Ouvrez les Mémoires de Ponce Pilate, conte philosophique autant que roman historique, et entrez dans l’intimité et la carrière d’un haut-fonctionnaire romain entre l’an 763 et 820 de la fondation de la Ville, de la défaite de Teutoburg face à Arminius (9 ap JC) à l’incendie de Rome (64 ap JC); ses relations avec les structures de pouvoirs, son rôle à Jérusalem et le procès du Galiléen, Christos et l’impact de son message sur la société romaine.

« Ma vie entière, je me suis appliqué à demeurer fidèle aux leçons de mon père. J’ai servi Rome, lumière du monde et détentrice de la vérité.
Mais qu’est-ce que la vérité ? J’ai posé la question au Galiléen; il ne m’a pas répondu.
Père n’aurait rien demandé de semblable. Pour lui, les choses étaient ce qu’elles devaient être. Rome était sa vérité.
 » Page 18

« La foule, ce monstre haïssable, n’avait pour l’heure qu’un visage et qu’une voix, mais si je donnais l’ordre à mes soldats de tailler dans chair, l’hydre redeviendrait une multitude d’innocents. Comprenait-elle qu’elle n’était qu’un jouet manipulé par les sanhédrites ? L’instrument de la vengeance des pharisiens dont le Galiléen s’était fait d’implacables ennemis ? Jésus bar Joseph n’avait pas prêché la révolte contre Rome ; il avait demandé à son peuple de se réformer, de se rendre digne du liberté plus haute que celle a laquelle il aspirait. » Page 232

Ephata littérature, réédition 2024 de l’édition de Plon 1998, 432 pages au format poche, un modeste 8,50€ pour un livre magnifique.

Lectori salutem, Pikkendorff

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *